Allocution d’Olivia Cattan, présidente de paroles de femmes

 Si nous sommes là aujourd’hui, ce n’est pas pour bafouer la présomption d’innocence, ni de faire pression sur la justice, et encore moins pour juger un homme.

Nous sommes là pour soutenir Tristane Banon, présumée victime, pour accompagner sa parole afin qu’elle soit entendue.

Aujourd’hui on aimerait faire passer les féministes pour des hystériques, les femmes pour des menteuses vénales.

 

Pourquoi ?

 

Seulement parce que la parole d’une femme ne vaut toujours pas celle d’un homme.

Oui nous voulons être belles, oui nous voulons séduire et être draguées mais quand une femme dit non, c’est NON !

 

75 000 femmes sont violées chaque année.

 

C’est pourquoi Paroles de femmes réclame :

 

-          Un allongement à Dix ans de la durée de prescription concernant les agressions sexuelles.

-          L’application de peines exemplaires et sans remise de peine pour les violeurs.

 

 

Parce que nous le savons toutes, pour qu’une femme porte plainte,

Il faut du temps pour se reconstruire,

Du temps de vaincre sa peur, du temps de trouver le courage afin d’affronter le regard des autres.

 

Alors réclamons toutes ensemble une pleine égalité et que justice soit rendue.

Rédigé par Laura Cattan
Porte Parole de l'association PAROLES DE FEMMES