FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon
Les membres

Comité de Direction de Paroles de Femmes

Le Comité bénéficie également du soutien et des précieux conseils des Marraines et Présidents d’Honneur : Marie-Claude Pietragalla, Amanda Sthers, Marek Halter, Delphine Burkli, Lara Fabian, Mathilda May, Fayçal Douhane, Sandrine Bonnaire

 

FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon
La presse en parle

Paroles de Femmes dans Elle Magazine par Michèle Fitoussi (Extrait)

Michèle Fitoussi.

FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon
Les parrains et les Marraines

Lettre d’Isabelle Adjani, Marraine d’honneur de Paroles de femmes

Au regard de la loi, il semblerait pourtant que tout est aujourd’hui en place pour assurer aux femmes l’égalité des droits et la préservation de leur dignité et de leur intégrité…

Reste que tous les journaux, les sites d’informations, regorgent de faits divers qui prouvent le contraire : violences, viols, plafond de verre, inégalité des salaires…

Enfin faut-il rappeler que c’est aux femmes que l’on fait porter le voile, et que se sont des femmes qui excisent d’autres femmes au nom de la religion…

Alors, posons-nous cette question : si la République faisait aujourd’hui appliquer la loi, toute la loi, les femmes auraient-elles encore à craindre en France l’intégrisme religieux ? Les femmes seraient-elles amenées à développer une forme d’intégrisme pour se faire respecter ?

Si nous devons nous mobiliser c’est aussi en tant que citoyennes qui demandent légitimement : pourquoi la République vote-t-elle des lois qu’elle n’est pas en mesure de faire respecter ?

C’est parce que la République ne fait pas respecter ses lois que certaines femmes ont tout à craindre de l’intégrisme religieux, c’est parce que la République ne fait pas respecter ses lois que toutes les femmes et tous les hommes, comme celles et ceux réunis ici aujourd’hui, doivent exiger que cela change !

Isabelle Adjani

FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon
La presse en parle

Olivia Cattan aux Grandes Gueules sur RMC

FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon
La presse en parle

Olivia Cattan dans Tétu

Elle regrette également que le journaliste ne l’ait pas laissé répondre à cette accusation et souhaite aujourd’hui que des hétérosexuel(le)s, comme elle, « s’engagent contre l’homophobie, qui persiste notamment dans les trois monothéismes ».

Photo : DR.

Copyright tetu.com

par Renan Benyamina

FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon
La presse en parle

« la femme, la république et le Bon Dieu » : Les mariannes de demain » écrit par Milla

En France, plus d’une femme décède tous les trois jours des violences faites par son mari toute communauté confondue.

En Islam des hommes, les femmes sont mal traitées, voilées, excisées, violées, séquestrées, vendues, mariées avant la majorité électorale, tout ceci au nom de quelques versets coraniques faussement interprétés par le gente masculin mais au nom d’un Dieu bon, miséricordieux et aimant, le Dieu du céleste et du profane qui accueille en son sein ses croyantes et ses croyants. Depuis quelques années les hommes de confession musulmane empêcheraient leurs femmes de se faire ausculter où même accoucher par des hommes médecins, stupidité alors qu’un verset du Coran décrit parfaitement l’évolution du foetus qui n’aura été possible, même en des temps aussi reculés, qu’à condition de recourir a la dissection, science et médecine qui d’ailleurs était tolérés par l’Islam contrairement à l’Eglise obscurantiste. Comment ces gens n’ont ils pas connaissance du grand Avicennes grâce à qui la médecine a pu se développer jusqu’en Europe. D’autant, la procréation à répétition reste est une fierté et une obligation, les femmes peuvent controler ces naissances à la seule condition qu’elles ne soient en danger, mais dans le monde actuel, avec le cout de la vie, comment une femme peut elle envisager une famille nombreuse ? Puis, l’excision qui est encore pratiquée en Egypte et certains pays d’Afrique qui ne sont absolument pas mentionnées dans le Coran, c’est même une pratique purement traditionnelle. Par contre les réformes islamiques dépendent toujours et encore des pays arabes notamment l’arabie Saoudite.

Dans le Judaïsme, pendant leurs menstruations, les femmes sont jetées a même le sol à cause de leur “impureté” qui selon le mari est une “injonction divine” alors qu’il est stipulé qu’elles doivent dormir sur “un matelas séparé”, d’autres sont violentées parce qu’elles ne sont pas prêtes pour un Shabbat. Une femme ne peut se remarier que si elle n’obtient l’approbation de son ex mari, dans le cas contraire et si elle a une autre relation elle est dans le péché et si les enfants naissent de cette relation l’enfant sera un batard qui ne pourra s’unir a un batard, il y a effet de transmission dans le péché en fait.

Une coutume devenue force de loi, la femme ne doit ni être aguichante ni de vêtements cintrés, la nudité est également considérée comme péché, le divorce égalitaire est un problème qui met en danger nombreuses femmes, en Israël le mariage civil n’existe pas et les femmes ont du mal à récupérer leur guet, quand aux réformes rabbiniques, elles dépendraient des Etats unis ou d’Israël.

Le christianisme quand à lui masque autant de préceptes machistes notamment dans l’objectif du mariage qui serait la procréation, quand à l’avortement il est formellement interdit par l’Eglise alors qu’hypocritement la contraception naturelle est autorisée. L’Eglise catholique en Afrique n’a jamais réellement œuvré pour enrayer la polygamie ou même l’excision et ce au nom du respect de la culture et coutumes propres à ces peuples, alors que les épouses se retrouvent souvent à la rue, séparées de leurs enfants lorsque que le mari, après avoir fait le choix du baptême, sacrifie leur mariage. On retrouve aussi une pratique de l’excision aux Etats Unis et en Algleterre par exemple où les mères interdisent à leur filles de se découvrir physiquement, la masturbation est donc toujours un Tabou.

Puis la question commune à toutes les religions dans les temps les plus reculés, la femme dans le judaïsme et l’islam a bien une âme puisque à l’instar de l’homme, elle a bien été insufflée par Dieu « Ruh », mais qu’en est-il de l’Église qui ne s’est pas même interrogée sur ce point selon notre auteure.

Pourtant, en parcourant les bibles, la femme a les mêmes droits que l’homme puisqu’elle en est l’égale et nous parlons bien de droit puisque les lois ancestrales étaient bibliques, en fait la controverse viendrait de l’ancien testament ou Eve serait née d’une cote flottante d’Adam, alors qu’elle serait tout simplement apparue au coté d’Adam comme l’explique Moise Maimonide dans “Le Traité des Egarés”, une mauvaise interprétation qui arrangerait le sexe fort pusique c’est dans la transmission orale qu’elle se fait, qui aurait l’idée de lire ces chapitres sachant que vivant sur un sol laic très peu de gens s’interessent a la lecture des Bibles a moins d’étre poussé par la curiosité, d’autant que jusqu’à ce jour, très peu de femme ont accès au Talmud, au rabbinat, la prêche, ou l’imamat, quand à la théologie, c’est une science purement réservée aux hommes.

En dehors des religions, il faut noter que les sociétés actuelles sont très imprégnées par les structures grecquo-latines qui ont laissé très peu de place où de champ d’actions à la femme totalement reléguée à des taches subalternes, sans doute un statut qui lui fait oublier ce qui peut l’enrichir intellectuellement, Simone de Beauvoir l’avait parfaitement démontré dans son « Deuxième Sexe », un Chef d’oeuvres dans lequel elle cite que des biologistes sont allés jusqu’à affirmer que le cerveau de la femme est de taille inférieur à celui de l’homme, imaginons que que pour actionner sur le bouton rouge d’une machine, il faut plus de matière grise à une femme qui sera cependant moins payée pour cette tâche.

En définitive, la laïcité marquait bien la libération des Hommes à une époque mais n’ont ils pas livré la femme au déterminisme alors que tout est purement structurel et voulu, les femmes ne portent elles pas les religions malgré le Patriarcat, n’est ce pas plutot l’idée du patriarcat qui perdure dans les monotheismes où l’homme est le garant de la pratique qu’il impose aux femmes pour veiller à ce que son statut domine.

Nous pouvons remercier Olivia Cattan pour ce message plein de vérité, un défi à relever pour la modernisation des religions et surtout les principes religieux que les femmes devraient sans doute s’atteler à connaitre puisque pratique oblige pour certaines. Leur faut il connaitre les écrits bibliques pour contrer cette transmission orale et perçue comme injonction divine, même en restant tranchée sur cette idée et puisque la religion telle qu’elle est pratiquée actuellement fait basculer des siècles en arrière, la question s’impose.

Et puis il ne faut pas oublier la récente déclaration qui a fait verser beaucoup d’encre, ”s’en remettre à Dieu pour nourir un quelconque espoir” était récemment la réflexion de Nicolas sarkozy, mais précariser la laïcité renforcerait le communautarisme mais aussi entrainnerait la condition féminine dans la régression la plus totale, dans un même temps la création de loi pour imposer la parité dans le monde du travail n’est elle pas contradictoire dans la mesure où la parité commence dans le statut de la femme dans la république ?

Ainsi Olivia Cattan aidée par des penseurs de toutes confessions a tenté une approche raisonnée des pratiques religieuses tirées des trois monotheismes pour faire enfin la lumière sur le statut de la femme dans les écrits, une mini exégèse à lire absolument qui démontre à quel point les femmes sont dominées et ô combien dans l’erreur de pratiquer “la loi des hommes et non celle de Dieu”, les Bibles paraissent en tous cas unanimes sur ce point !, mais la question essentielle n’est elle pas tout simplement, “les religions ne sont elles pas une guerre de sexes ?”

« Ceci est la génération de l’humanité, lorsque dieu créa l’être humain, il le fit a sa propre ressemblance, il les créa male et femelle, les bénit et les appela « hommes ». Genèse 4 /5

« Adorez votre seigneur qui vous a crées d’une et même âme unique et qui a instauré entre vous amour et miséricorde » Coran 3/195

« Il n’y a donc plus de différence entre les juifs et les non juifs, entre les esclaves et les hommes libres, entre les hommes et les femmes. Unis à Jésus Christ, vous êtes tous un ». Galates 3/28.

Milla

FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon
La presse en parle

Refus de naturalisation d’une Marocaine en Burqa par le Conseil d’Etat

FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon
«...23456...»