Sexisme, Racisme : Ne laissons plus rien passer !

Entre la nouvelle robe de Cécile Duflot et les talons « trop hauts » de Yamina Benguigui, la France ne semble pas avoir digéré la place des femmes en politique.
 
Lorsque l’on siffle la nouvelle robe de Cécile Duflot en pleine Assemblée Nationale, les bras dénudés de Fleur Pellerin, que l’on critique la jupe trop courte de Najet Belkacem sur une couverture de magazine ou l’allure trop élégante  de Yamina Benguigui, cela est révélateur de l’Etat d’esprit français.
 
Faudrait-il pour qu’une femme politique ne soit pas critiquée qu’elle revêt le costume cravate des hommes ou qu’elle se masculinise en coupant ses cheveux et en ne portant que des pantalons ?
 
Faut-il également qu’elle n’attire pas trop l’œil et qu’elle porte des tenues difformes pour ne pas déplaire à l’intelligentsia française !
 
Apparemment il n’est pas bon d’avoir les cheveux longs et « gonflés » ou des tenues soignées. En résumé, comme me l’a chuchoté un certain député, « c’est déjà pas si mal que les femmes aient la chance d’avoir été acceptées dans le milieu politique alors il ne faut pas qu’elles se fassent remarquer ».
 
Alors que le « Bling Bling » était le symbole de la droite sarkozyste, la «Normalité » de la gauche impliquerait-elle que les femmes socialistes n’aient pas le droit d’être féminines, élégantes et tout simplement belles ?
 
A quand un article sur la coupe des pantalons des Ministres masculins, leur teinture mal faite ou leur calvitie ?
 
Etrange, cela ne semble intéresser aucun journaliste. Il est plus savoureux de se payer la tête des femmes ministres et de les attaquer sur leur féminité. Renvoyer les femmes à leurs corps et leur sexualité, mettre en doute leur légitimité sont des choses dont nous avons malheureusement l’habitude.
 
La nouvelle « Une » de l’Express pointe aussi le fait que la jalousie trop accrue des premières dames de France serait un problème pour la bonne gouvernance  des Présidents !
 
Les femmes seraient donc un fléau pour ce monde politique, une véritable source de zizanie et d’embarras.
 

Un fléau qui perturberait même la bonne tenue des séances de l’Assemblée.

Faudra t-il penser à instaurer une séparation hommes-femmes au sein même de l’hémicycle républicain afin de ne pas tenter ces pauvres bougres !
 
Mais dans le cas de Yamina Benguigui les nombreuses allusions sur ces cheveux trop bouclés, sur son  « élégance », , le fait de l’apparenter à Rachida Dati ne serait-il nourri davantage par un fond de racisme ?
 
Vouloir à tout prix ranger les femmes de la diversité dans la même case montre également qu’être femme et issue de la diversité est une double peine de discrimination.
 
Et peu importe à certains de regarder le travail entrepris par la Ministre de la francophonie qui se rendra le 22 juillet à Durban au Congrès mondial des professeurs de français ou  le 25 juillet à Kinshasa pour préparer le XIV sommet de la francophonie ayant pour thème «  Francophonie, enjeux environnementaux et économiques face à la gouvernance mondiale » ou dans le cadre de son projet de congrès féministe francophone afin de tisser des liens solidaires avec les femmes les plus démunies?
 
Il est dommage de voir que les cancaneries prennent le pas sur l’information et que le sexisme et le racisme soient toujours de mise en France malgré les beaux discours sur la parité et l’égalité des chances.
 

Olivia Cattan

Rédigé par Laura Cattan
Porte Parole de l'association PAROLES DE FEMMES