Paroles de femmes dans Figaro Madame.fr

Aujourd’hui, aucun foyer d’accueil à Paris n’accepte les mères isolées avec enfants. Nous avons un projet avec la mairie du 18e arrondissement, qui, si tout va bien, prendra forme dans les mois qui viennent. Nous espérons que d’autres suivront en région parisienne.

« Coup de projecteur sur Olivia Cattan : Vers une Women Pride ? »

En tant qu’association, vous êtes le premier témoin des dommages collatéraux de la crise sur les femmes. Avez-vous observé une paupérisation des Françaises ?
Tout à fait. Aujourd’hui, la précarité n’est plus seulement l’affaire des classes sociales défavorisées. Nous traitons aujourd’hui les dossiers de chefs d’entreprise, de journalistes pigistes, d’avocates…qui après des difficultés professionnelles, une période de chômage, un divorce ou une maladie, se retrouvent sur le carreau.

La Nuit des femmes est-elle aussi un pied de nez à la fin de la trêve hivernale, le 15 mars ?
Oui, c’est une façon de faire entendre l’urgence de celles qui s’apprêtent à être expulsées. Et puis, nous avons vraiment pensé cette Nuit des femmes comme une veille. L’occasion à la fois d’une prise de conscience de la diversité des Françaises et d’un état des lieux de leur situation. Nous aimerions que cette Nuit devienne récurrente, chaque 7 mars. Et nous espérons que l’année prochaine, ce gala puisse être retransmis à la télévision. Il y a bien une Gay Pride chaque année, alors pourquoi pas une Women Pride ?

La Nuit des femmes, dimanche 7 mars, avec Monica Bellucci, Marisa Berenson, Josiane Balasko, Chantal Thomass…

 

Rédigé par Laura Cattan
Porte Parole de l'association PAROLES DE FEMMES